Nothing but…

C’est juste ce dont j’avais besoin, d’une page à pensées où je peux vomir ce surplus de tout qui me trotte dans la tête. Une page que vous pourrez aimer ou non. J’avais clos “D’ encres et de sourires” pour je ne sais quelles raisons stupides de : “Je ne suis pas assez prolifique pour le tenir à jour.” Mais au final, on s’en balance non? (read more…)

Advertisements

Bad dreams

NE-nightmaresJ’ai un rêve éphémère tatoué sur l’épaule et des cauchemars persistants marqués au fer rouge dans l’esprit. De ceux où on s’enfouit si profondément qu’on doit lutter pour revenir. De ceux, où en demi-conscience, on finit par se supplier de s’éveiller pour prendre une bouffée de réalité oxygénée. De ceux où on est juste parti trop loin, trop longtemps. Le sommeil devient une angoisse dans laquelle on ne veut plus se plonger, qu’on recule au maximum par peur d’un jour dériver dans son courant jusqu’à s’y noyer. On se met à inventer des subterfuges pour se tromper soi-même, on se raconte des histoires pour guider nos rêves vers un monde meilleur, dont on connaît le chemin. On apprend à notre conscience à repérer les failles et à les combler avant qu’elles ne prennent le pas sur notre scénario bien tranquille. Aux aguets, l’animal apeuré en nous ne dort plus vraiment, il se surveille jusqu’à ce que l’épuisement le gagne et que l’inconscient comme un prédateur affamé nous traîne dans la tanière que nous cherchions à éviter.

On se sent…

Fou.

Après tout, quel esprit sain peut engendrer tant d’horreurs ? S’inventer des situations où la vie et la mort sont d’éternels enjeux ? Où chaque crainte, chaque doute deviennent une route dorée vers un enfer inconscient. Sans doute plus qu’on veut bien le croire. Pourtant on se donne l’impression, d’être un cas idéal pour un psychiatre, un presque sujet d’étude. Orgueil humain, d’être unique.

On s’épuise en réveils douloureux et pénibles de combattant usé par le temps et les sempiternelles batailles.

On veut l’oubli, le noir et le silence, le sommeil sans rêves qui fait défiler le temps comme s’il n’avait jamais existé.